EVLI – Revue mensuelle juillet 2020

COMMENTAIRE |  07. 07. 2020

Par Tomas Hildebrandt – Gérant Senior en charge de la gestion institutionnelle d’actifs français

Tomas Hildebrandt est gérant de portefeuille Senior pour des clients institutionnels. Il est membre de l’équipe d’allocation d’actifs d’Evli et travaille également en tant que Stratégiste marchés. Tomas a rejoint Evli en 1996 et travaille sur les marchés financiers depuis près de 30 ans.

Tous les paris sont ouverts pour les élections présidentielles américaines

Les campagnes électorales présidentielles américaines battent leur plein après une interruption au printemps. Le président Trump est derrière son challenger Joe Biden dans les sondages. Une victoire de Biden et des démocrates entraînerait probablement des hausses d’impôts, ce qui serait légèrement préoccupant pour le marché boursier américain.

Les sujets brûlants en lien avec ces élections sont les suivants :

  1. une éventuelle quinte flush pour les Démocrates, c’est-à-dire la présidence et une majorité à la Chambre des représentants et au Sénat, ou une impasse entre les partis ;
  2. qui sera le candidat à la vice-présidence de Joe Biden ;
  3. la poursuite des manifestations antiracistes « Black Lives Matter » ;
  4. l’évolution des relations entre les États-Unis et la Chine ; et
  5. si la pandémie de coronavirus s’atténue ou s’aggrave à nouveau.

L’augmentation des cas est préoccupante

Les cas de coronavirus ont explosé dans certains États américains. Cette situation est plus préoccupante pour les marchés que l’augmentation des cas dans d’autres parties du monde. L’augmentation du nombre de cas pourrait être le résultat d’une augmentation des tests. Néanmoins, la crainte d’une éventuelle seconde vague s’est emparée des marchés.

Toutefois, en Arizona et en Floride, le nombre de nouveaux décès n’a pas encore atteint un niveau alarmant par rapport à d’autres États. Le nombre cumulé de décès causés par le coronavirus n’a pas non plus atteint un niveau exceptionnellement élevé par rapport à la taille de la population. Les chiffres sont en fait inférieurs à la moyenne nationale. Toutefois, la détérioration de la situation rappelle brutalement que le virus n’a pas encore été vaincu aux États-Unis, et encore moins dans d’autres pays.

Des économies qui se redressent de manière prometteuse

Les rapports économiques, en revanche, ont créé une surprise positive. En Chine, la confiance dans le secteur industriel s’est considérablement améliorée. Aux États-Unis, le marché du travail s’est redressé plus rapidement que prévu, et les ventes au détail ont grimpé en flèche après la suppression des restrictions à la circulation.

L’activité économique a touché le fond en avril, mais il est encore trop tôt pour dire combien de temps il faudra à l’économie pour revenir aux niveaux d’avant la crise. Les prochains mois montreront si la tendance positive se poursuivra. Les indicateurs économiques devraient également fluctuer considérablement. Le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, a exhorté les investisseurs à la prudence et les a mis en garde contre des perspectives plus sombres.

La publication des résultats des entreprises pour le deuxième trimestre commencera dans quelques semaines. Des réductions de bénéfices de plus de 50 % sont attendues en Europe, et de plus de 40 % aux États-Unis. En ce qui concerne la performance des bénéfices, le second semestre sera également déficitaire selon les estimations consensuelles des analystes, mais l’année prochaine, la tendance pourrait devenir positive. Les bénéfices sont sous pression, en particulier dans les secteurs de l’énergie, des biens de consommation et de l’industrie manufacturière.

Les rapports sur les bénéfices donneront une indication de la profondeur des économies au printemps et de la manière dont les entreprises ont pu limiter leurs pertes. Des estimations des perspectives futures sont également prévues, mais peu d’entreprises seront en mesure de fournir des indications précises concernant l’avenir. Les actions mondiales ont néanmoins continué à augmenter malgré la pause de la mi-mai. On s’attend à ce que l’économie mondiale se remette sur pied.

Graphique : Ni la pandémie de coronavirus ni les différences de nombre de cas entre les pays n’ont affecté les performances des marchés boursiers nationaux

A propos d’Evli Fund Management Company Ltd :

Evli Fund Management Company Ltd est une société de gestion scandinave qui cible particulièrement les investisseurs institutionnels et propose une gestion active avec une coloration ESG, dans une perspective long-terme. Les gérants Senior ont tous une ancienneté de 10 ans en moyenne dans l’entreprise et disposent chacun d’une vingtaine d’année d’expérience dans ce secteur. Evli gère au total de 14,3 milliards d’euros d’encours pour le compte de ses clients (net 12/2019). Les fonds propres du groupe Evli s’élèvent à 81,7 millions d’euros et son ratio de solvabilité BIS est de 15,1% (31 décembre 2019).

La société compte autour de 250 employés. Les parts B d’Evli Bank Plc sont cotées sur le Nasdaq Helsinki Ltd. Pour en savoir plus : www.evli.com

Contact presse
Céline Bruggeman / Justine Gloaguen
06 34 01 68 43
cbruggeman@bdandp.com
jgloaguen@bdandp.com