Jupiter AM – A l’écoute des banques centrales

COMMENTAIRE DE MARCHE

Pour Ariel Bezalel, Responsable de la stratégie obligataire, et gérant du fonds Jupiter Dynamic Bond, à cause des fondamentaux de long terme, les taux américains devraient rester bas encore un bon moment, même si l’on assiste dans les mois à venir à une petite remontée et à l’amorce d’une réduction du bilan de la Réserve Fédérale américaine, hypertrophié par
6 ans d’assouplissement monétaire.

L’actualité des mois à venir devrait être dominée par les nouvelles venant des banques centrales. Aux Etats-Unis, les statistiques économiques restent décevantes et les secteurs directement dépendants des consommateurs commencent à souffrir. Les ventes de voitures ont été particulièrement faibles; étant donné qu’il s’agit d’une composante majeure de l’économie américaine représentant 3% du PIB et du secteur d’exportation le plus important du pays, ceci a des répercussions dans toute l’économie américaine. Les conditions pour l’octroi des prêts ont continué de se resserrer et la croissance des salaires a été décevantes, mettant les consommateurs américains encore davantage sous pression. Qui plus est, la politique reste une source importante d’inquiétude, notamment la géopolitique et la capacité de l’administration Trump à faire passer ses lois.

L’assainissement du bilan de la Fed pourrait se traduire par une déflation

Par ailleurs, on connait maintenant certains détails concernant les plans de la Réserve Fédérale pour réduire son bilan d’ici la fin de l’année. L’annonce du resserrement quantitatif (quantitative tightening ou QT) était déjà largement prise en compte par les marchés, mais les effets matériels de cette réduction restent à venir. Il est difficile de prédire avec exactitude quels seront les effets du resserrement monétaire une fois qu’il aura lieu, mais nous pensons que cela se traduira notamment par de la déflation et qu’il y aura un impact négatif sur l’économie et sur les actifs risqués dont les prix avaient été stimulés par l’assouplissement monétaire.

Il est intéressant de voir que les économistes de la Fed commencent à remettre en question la validité de la courbe de Philips (la relation inverse entre chômage et inflation), notamment parce que les chiffres de l’inflation restent inférieurs à leur objectif. Selon nous, les hausses de taux sont accessoires au regard de l’aplatissement de la courbe des taux : il est important de noter que celle-ci s’est considérablement aplatie au deuxième trimestre, avec le spread entre les taux à 2 ans et à 10 ans des bons du Trésor américain tombant à 80 points de base en juin et frôlant ainsi les plus bas post-crise financière atteints en octobre 2016. Nous pensons que cette tendance à l’aplatissement de la courbe résulte intrinsèquement d’une croissance morose et de la dissipation des pressions inflationnistes.

In fine, nous pensons que les fondamentaux de long terme vont continuer à peser de tout leur poids. Selon nous, le vieillissement démographique, le surendettement du monde et les bouleversements engendrés par les changements technologiques vont peser sur les taux encore un moment. Dans cet environnement, la dette souveraine de bonne qualité reste un actif attractif. Fin février, nous avions porté la duration globale du portefeuille Jupiter Dynamic Bond à environ 3 ans en augmentant l’exposition du fonds aux bons du Trésor américain à 10 ans et à 30 ans et en augmentant la duration de nos positions en obligations souveraines australiennes.

Au second trimestre, nous avons continué à accroître la position du fonds sur les bons du Trésor américain les plus longs et nous avons en partie couvert notre position courte sur le Bund allemand, ce qui a augmenté encore la duration du fonds à environ 4 ans.

En Europe, les banques brillent de mille feux

En Europe, la BCE pourrait adopter une approche beaucoup plus ferme suite aux statistiques solides un peu partout dans la zone euro. Les banques européennes et britanniques ont été un important moteur de performance du fonds cette année, grâce à différents facteurs : leurs bons profits, les résultats positifs des stress tests, la poursuite de leurs processus de restructuration (même si cela est parfois aux dépends de leur rentabilité), le sentiment positif à propos de mesures de recapitalisation des banques italiennes et espagnoles et enfin les anticipations des marchés sur des hausses de taux à moyen terme. Nous continuons de favoriser l’exposition du fonds aux bancaires même si nous avons pris nos bénéfices en juillet sur certaines des obligations convertibles contingentes (« Cocos ») du fonds qui se négociaient à des niveaux record.

Les marchés émergents donnent toute leur mesure

Globalement, les marchés émergents ont connu une belle performance, tirant profit de la faiblesse du dollar américain. Nous continuons à être actifs sur ces marchés et avons souscrit à de nouvelles émissions obligataires en Biélorussie, Argentine, Turquie, Grèce et au Nigeria. Cette année, nous avons pris nos bénéfices sur certaines positions du fonds en Argentine, Russie et au Mexique, et augmenté les positions du fonds sur l’Inde, car nous pensons que les récentes statistiques sur l’inflation, qui est en train de glisser sous les 2%, augmentent la vraisemblance de nouvelles baisses des taux de la banque centrale indienne. Elle avait en effet déjà baissé ses taux, en août dernier, de 25 points de base à 6%, le taux le plus bas en 6 ans. Les obligations indiennes, souveraines et corporate, restent selon nous de très belles opportunités dans l’univers obligataire des pays émergents, malgré la faiblesse de la devise sur le court terme – le contexte à long terme économique et politique de l’Inde reste favorable et nous pensons qu’il est possible d’y trouver des rendements attractifs.

Ailleurs, l’Indonésie, le Brésil, la Russie et plus récemment l’Afrique du Sud ont connu des baisses de taux ces derniers mois, principalement à cause de leur croissance médiocre et de la faiblesse à long terme de l’inflation. Ceci devrait être positif pour le prix des obligations.

La fin de l’année approchant, nous restons prudents et sélectifs, notamment au regard des risques associés au QT. Les banques centrales envisageant maintenant de fermer le légendaire robinet à liquidités et les valorisations de beaucoup d’actifs risqués paraissant pour le moins tendues, les prochains
12 mois devraient s’avérer plutôt difficiles pour les investisseurs.
En conséquence, nous avons augmenté la qualité du portefeuille et réduit le poids du haut rendement, de même que son bêta.

Rédaction achevée le 27 octobre

Informations importantes

Les informations contenues dans ce communiqué sont uniquement à destination des media. Les investisseurs privés, ou toute autre personne, ne doivent pas prendre de décisions financières en se basant sur ce communiqué.

Ce document, ainsi que les opinions et les données qu’il contient, ne constituent en aucun cas une invitation à investir ou un conseil d’investissement.

Ce commentaire a été écrit à des fins d’information uniquement et n’est pas un conseil d’investissement. Les mouvements des marchés et les variations des taux de changes peuvent faire augmenter ou baisser la valeur de votre investissement. Vous pourriez ne pas récupérer les montants investis. Les frais liés à la souscription auront un impact d’autant plus important sur les performances de votre investissement que vous revendrez vos parts rapidement.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Les opinions exprimées dans ce document sont celles du gérant au moment de sa rédaction et ne sont pas nécessairement celle de Jupiter. Elles sont susceptibles d’évoluer, notamment lors de périodes de volatilité importante sur les marchés.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée. Il ne s’agit pas d’une invitation à souscrire des parts du Jupiter Global Fund (la Compagnie) ni d’aucun autres fonds de Jupiter Asset Management Limited. La Compagnie est un fonds UCITS constitué en Société Anonyme au Luxembourg et organisé en Société d’Investissement à Capital Variable (SICAV).

Ce commentaire est destiné uniquement aux personnes résidant dans les juridictions où la Compagnie et ses parts sont autorisées à la distribution ou dans des juridictions où une telle autorisation n’est pas requise.

Ce fonds investit peut investir une part importante de son portefeuille en obligations à haut rendement ou non notées.  Ces obligations peuvent offrir un revenu plus important mais supportent également un risque de défaut plus important, notamment dans les périodes de volatilité élevée. Les versements trimestriels du fonds ne sont pas constants. Dans des conditions de marchés difficiles, le gérant ne pourra pas toujours céder les actifs au prix affichés, ce qui pourrait avoir un impact négatif sur la performance. Dans des conditions de marchés extrêmes, la capacité de fonds à répondre aux demandes de rachats pourraient s’en trouver affectée. Certaines catégories de parts font supporter l’intégralité de leurs dépenses par le fonds, ce qui peut réduire son potentiel de croissance.

Merci de vous référer au Prospectus pour de plus amples informations.

Ce compartiment est susceptible de connaître d’autres types de risque, merci de vous référer au prospectus pour de plus amples informations.

Les acquéreurs potentiels de parts du compartiment de la Compagnie doivent se tenir informer des exigences légales, des règlementations relatives aux contrôles des changes et des taxes applicables dans le pays dans lequel ils résident ou dans lequel ils sont domiciliés. Les souscriptions ne peuvent être faites que sur la base du Prospectus en vigueur et du DICI, accompagné par les derniers rapport annuel et rapport semestriel audités. Ces documents peuvent être téléchargés sur le site www.jupiteram.com. Le DICI, et là où il est requis, le Prospectus ainsi que les supports publicitaires dont la publication auprès du grand public a été approuvée, en accord avec la législation en vigueur dans le pays, sont disponibles en allemand, en anglais, en espagnol, en finnois, en français, en néerlandais, en italien, en portugais et en suédois. Avant toute souscription, merci de lire le Prospectus. Des exemplaires papiers sont disponibles gratuitement et sur simple demande aux adresses suivante :

Dépositaire et Administrateur de la Compagnie : JP Morgan Bank Luxembourg SA, 6 route de Trèves, Senningerberg, L-2633, Luxembourg, et auprès de certains distributeurs de la Compagnie ;

Belgique : BNP Paribas Securities Services, Boulevard Louis Schmidt 2, 1040 Brussels, Belgique;

France : CACEIS Bank France, 1/3 Place Valhubert, 75013 Paris, France;

Luxembourg : siège social de la Compagnie, 16 Boulevard d’Avranches, B.P. 413, 2014 Luxembourg;

Royaume-Uni : siège social de Jupiter Asset Management Limited (la société de gestion) : The Zig Zag Building, 70 Victoria Street, London SW1E 6SQ, Royaume-Uni.

Emis par The Jupiter Global Fund et dans certains cas, par Jupiter Asset Management Limited qui est autorisée et régulée par le Financial Conduct Authority pour ses activités d’investissement au Royaume Uni.

Ce commentaire, tout ou partie, ne peut être reproduit en aucune manière sans l’autorisation préalable de Jupiter Asset Management Limited.

A propos de Jupiter

Créée en 1985, Jupiter s’est imposée comme l’une des sociétés de gestion les plus respectées et les plus prospères du Royaume-Uni. Depuis plus de 30 ans, son approche repose sur un concept simple : essayer d’offrir la meilleure performance possible aux investisseurs sur le moyen et le long terme sans les exposer à des risques inutiles. C’est sur la génération d’alpha à travers une gestion résolument active de ses fonds que Jupiter, société de gestion indépendante, a construit son succès. La société de gestion emploie plus de 400 collaborateurs et son encours global s’élève à 54.9Mds d’euros au 30/09/17. Jupiter est cotée depuis juin 2010 à la Bourse de Londres.

 

A destination exclusive de la presse.

Contact presse
Agence BDandP
Céline Bruggeman
01 76 21 81 12
cbruggeman@bdandp.com