Neuberger Berman – Les dynamiques du dollar

 

 

Commentaire

Paris, le 27 avril 2018

Quel potentiel pour une reprise du dollar à court terme malgré un contexte baissier à long terme ?

Le dollar américain a fait l’objet de nombreuses discussions lors de notre dernier Comité d’Allocation d’Actifs (AAC) trimestriel. En plus de déterminer l’avancée du cycle économique actuel, ces débats nous ont également permis de préciser le décalage entre nos prévisions sur la devise à 3-6 mois et nos perspectives plus fondamentales à 12-24 mois.

A long terme, nous pensons que le dollar est proche de sa juste valeur, voire légèrement surévalué, et suit une tendance baissière. Ce point de vue s’appuie sur la parité du pouvoir d’achat et le sentiment négatif associé aux déficits américains, causés par une expansion budgétaire agressive qui nécessitera sans aucun doute un financement étranger.

Cependant, l’AAC affiche un optimisme modéré quant aux perspectives à court terme sur le dollar. Cela reflète l’opinion selon laquelle ces dynamiques à long terme, combinées aux modifications des bilans de la banque centrale et au risque politique américain présagé, ont déjà trop pesé sur la devise. Tout comme la tendance divergente entre les taux d’intérêts américains et ceux du reste du monde. Les ventes de dollars, à la fois spéculatives et liées aux flux de capitaux non couverts vers l’Europe, ont persisté malgré des différentiels de taux d’intérêt toujours plus élevés et en faveur de la devise américaine (jusqu’à 3% par an environ).

Il est probable que les investisseurs en euro et en yen commencent à s’interroger sur l’intérêt de détenir des actifs américains couverts en dollar au coût de 3% par an et inversement, les investisseurs en dollar américain remarqueront finalement qu’ils peuvent gagner 3% par an en détenant des actifs européens couverts. L’incitation à inverser les récents flux sortants en dollar est donc en train de se construire. La hausse récente du taux des OIS (Overnight Index Swaps) sur le dollar américain suggère également que la demande en dollar pourrait augmenter.

« Le Libor en dollar US a progressé par rapport aux rendements des bons du Trésor américain, et nous anticipons également de nouvelles divergences dans les politiques monétaires », a déclaré Ugo Lancioni, Responsable de la stratégie Global Currency chez Neuberger Berman. « Un Libor en dollar US plus haut a un impact sur les coûts de couverture pour les investisseurs non-dollars, et inversement, cela rend la couverture des actifs non libellés en dollar US plus attractive pour les investisseurs en dollar ».

En même temps, nous pensons que l’euro est surévalué à court terme : cela rend les conditions financières de la zone euro trop restrictives et ne reflète pas le fait que l’inflation européenne reste modérée, que les indices des directeurs des achats (PMI) sont moyens ou que le risque politique reste élevé.

Cette perspective court terme en faveur d’un dollar fort permet également d’expliquer pourquoi l’AAC peut revoir à la hausse ses perspectives sur le dollar sans revoir sa surpondération sur les actions émergentes et la dette des marchés émergents. Tout en reconnaissant que les investisseurs internationaux sont encore généralement sous-exposés aux marchés émergents et que ces marchés sont beaucoup plus en avance dans leur redressement que les marchés développés, nous considérons la tendance baissière à long terme du dollar comme nettement positive pour les pays émergents.

Le dollar américain : survendu aujourd’hui encore ?

Le dollar a ignoré les différentiels de taux d’intérêt sur l’année écoulée …… mais ces différentiels ont maintenant poussé le coût de couverture du dollar américain sur une année au-delà de 3% pour les investisseurs en euro …

… et les indicateurs tels que le Forward Rate Agreement – Overnight Index Swap (FRA-OIS) en dollars US soulignent une demande croissante pour le dollar.

Source: Bloomberg. Données au 29 mars 2018

À propos de Neuberger Berman

Neuberger Berman, fondé en 1939, est une société de gestion indépendante et détenue par ses salariés. La société gère une gamme de stratégies – incluant des stratégies actions, fixed income, quantitatives et multi-asset class, des fonds de private equity et des hedge funds – pour le compte d’institutions, de conseillers et d’investisseurs individuels dans le monde entier. Avec des bureaux dans 20 pays, l’équipe de Neuberger Berman compte environ 1 900 professionnels. La société a été désignée Best place to work 2016 par Pensions & Investments dans la catégorie gestion financière (entreprise de plus de 1 000 salariés).Constante, stable et centrée sur des objectifs de long terme, la société favorise une culture d’investissement basée sur la recherche fondamentale et l’indépendance. Elle gère 295 milliards de dollars d’actifs pour le compte de ses clients au 31 décembre 2017. Pour plus d’informations, veuillez visiter notre site Web : www.nb.com.

 

# # #

AVERTISSEMENT

Ce document est émis par Neuberger Berman Europe Limited («NBEL»), qui est autorisé et réglementé par la Financial Conduct Authority («FCA») britannique et enregistré en Angleterre et au Pays de Galles, à Lansdowne House, 57 Berkeley Square, Londres, W1J 6ER. et est également un conseiller en placement enregistré auprès de la Securities and Exchange Commission aux États-Unis et réglementé par la Dubai Financial Services Authority.

Ce communiqué de presse est fourni uniquement à titre d’information, et rien dans le présent document ne constitue un conseil en matière d’investissement, juridique, comptable ou fiscal, ni une recommandation d’acheter, de vendre ou de détenir un titre.

Le nom et le logo «Neuberger Berman» sont des marques déposées de Neuberger Berman Group LLC.

© 2017 Neuberger Berman Group LLC. Tous les droits sont réservés.

# # #

A destination exclusive de la presse.

Contact presse
Agence BDandP
Céline Bruggeman & Justine Gloaguen
01 76 21 81 12/13
cbruggeman@bdandp.com
jgloaguen@bdandp.com