Neuberger Berman – Est-ce le bon moment pour investir au Japon ?

 

 

Commentaire

Paris, le 14 janvier 2021.

Par Keita Kubota, Responsable Actions Japonaises chez Neuberger Berman

Après plusieurs années très calmes, les marchés actions japonais sont à nouveau orientés à la hausse. Malgré des taux d’intérêt proches de zéro depuis plus de deux décennies, le pays offre aujourd’hui aux investisseurs des rendements positifs. Ce qui est mieux qu’en Europe et aux États-Unis, où les rendements sont négatifs. Le Japon devient ainsi de plus en plus attractif pour les investisseurs étrangers.

Les entreprises japonaises sont plus faiblement valorisées que leurs homologues sur les marchés développés à cause de la rentabilité historiquement faible de leurs capitaux propres (ROE – Return on Equity) et de leur retour sur capitaux investis (ROIC – Return on Invested Capital), conséquence de leurs bilans gérés de façon inefficace et de leur rentabilité plus faible. Au cours de la dernière décennie, différents acteurs, à commencer par les actionnaires et le gouvernement, ont fait pression sur les directions des entreprises pour qu’elles prennent des mesures visant à améliorer leurs rendements. Et nous avons récemment constaté de réels changements en la matière.

Dans un premier temps, les entreprises ont réduit leurs excédents de capitaux par le biais de distribution de dividendes plus élevés et de rachats d’actions. Aujourd’hui, les directions des entreprises s’attaquent aux difficultés liées à d’anciennes pratiques commerciales, telles que l’actionnariat partagé entre les créanciers, les clients et les fournisseurs ainsi que la réorganisation des portefeuilles commerciaux et la cession d’actifs non essentiels pour améliorer le rendement et la répartition des ressources dans l’entreprise. Il s’agit là de mesures importantes du point de vue de la culture d’entreprise japonaise, car ce sont des problèmes structurels historiques qui étaient auparavant considérés comme intouchables pour des raisons de tradition managériale.

Et plus intéressant encore, les investisseurs ne sont plus seulement des acteurs du private equity ou des acquéreurs d’actifs distressed, mais il s’agit aussi d’autres entreprises japonaises qui envisagent des campagnes offensives d’acquisition d’actifs, ce qui était auparavant totalement tabou. Et au cours des prochaines années, nous pensons que cette dynamique d’amélioration de l’efficience du capital des entreprises japonaises va s’accélérer, car la prochaine révision du code CG 2021 ne se concentrera pas seulement sur une plus grande indépendance, mais aussi sur l’amélioration de la qualité des administrateurs externes, ce qui devrait stimuler les discussions au sein des conseils d’administration sur la manière dont les entreprises devraient gérer leurs activités et leur capital. En outre, le projet récemment annoncé par la bourse de Tokyo de revoir ses exigences de cotation pour la très convoitée section PRIME a fixé une date butoir aux entreprises pour aborder ces nombreuses questions.

Enfin, nous constatons également que les actionnaires et les entreprises travaillent ensemble pour résoudre le troisième problème, et peut-être le plus difficile, celui de la faible rentabilité et de la croissance durable. Le gouvernement a activement encouragé à la digitalisation des entreprises et de la main-d’œuvre et vient également d’annoncer un objectif à long terme pour 2050 visant la neutralité carbone.

La digitalisation contribuerait à augmenter considérablement la productivité grâce à des outils comme la robotisation ou encore le cloud, et à réduire les coûts d’exploitation excessifs des entreprises japonaises. Quant à l’objectif de neutralité carbone, il est conçu comme une « transformation verte » à l’échelle économique pour aider les entreprises à se développer durablement dans des secteurs tels que les énergies renouvelables et la production durable tout en réduisant leur dépendance aux technologies dites brunes. Toutes ces initiatives réunies devraient permettre d’augmenter la rotation des actifs et la rentabilité de manière durable à moyen et long terme, ce qui réduirait l’écart par rapport aux autres marchés développés et conduirait à un redressement des valorisations des entreprises japonaises.

Du point de vue des investisseurs, nous pensons que ce changement radical dans le marché, l’économie et la société japonaise génère une multitude d’opportunités d’investissement à des prix incroyablement attractifs. Mais attention, les investisseurs doivent faire preuve de prudence et de discernement dans le cadre de leur sélection active afin de bien identifier les gagnants parmi les inévitables perdants de cette transformation. Chez Neuberger Berman, nous appliquons un processus de sélection rigoureux axé sur les fondamentaux de l’entreprise, la matérialité, la gouvernance, le potentiel d’engagement et la valorisation pour identifier ce que nous appelons les « pépites cachées ». Il s’agit des « Disrupteurs émergents », c’est-à-dire des entreprises de nouvelle génération à l’organisation légère qui offrent des innovations de rupture, des «  Petits géants » à savoir les leaders de niches industrielles en forte croissance avec de fortes barrières à l’entrée, ou encore des entreprises à « Forte décote » ouvertes à l’engagement pour revenir aux bénéfices ainsi que « Les survivants de la décennie perdue », ces leaders des industries en consolidation avec des bilans solides.

 

À propos de Neuberger Berman

Neuberger Berman, fondé en 1939, est une société de gestion indépendante et détenue par ses salariés. La société gère une gamme de stratégies – incluant des stratégies actions, fixed income, quantitatives et multi-asset class, des fonds de private equity et des hedge funds – pour le compte d’institutions, de conseillers et d’investisseurs individuels dans le monde entier. Avec des bureaux dans 24 pays, l’équipe de Neuberger Berman compte environ 2 300 professionnels. Sur six années consécutives, la société a été désignée Best place to Work par Pensions & Investments dans la catégorie gestion financière (entreprise de plus de 1 000 salariés). En 2020, Neuberger Berman a été nommé PRI Leaders, une distinction attribuée à moins de 1% des entreprises d’investissement pour l’excellence de leurs pratiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). Les PRI ont également décerné à Neuberger Berman le score A+ dans chaque catégorie pour son approche de l’intégration des facteurs ESG dans les différentes classes d’actifs. La société gère 374 milliards de dollars d’actifs pour le compte de ses clients au 30 septembre 2020.

Pour plus d’informations, veuillez visiter notre site Web : www.nb.com.

Avertissement

Ce document est fourni à titre d’information uniquement et ne constitue en aucun cas un conseil en matière d’investissement, de droit, de comptabilité ou de fiscalité. Ce matériel est de nature générale et ne s’adresse à aucune catégorie d’investisseurs. Il ne doit pas être considéré comme une recommandation, un conseil d’investissement ou une suggestion d’engager ou de s’abstenir d’engager une quelconque action liée à l’investissement. Les décisions d’investissement et la pertinence de ce matériel doivent être prises en fonction des objectifs et des circonstances propres à chaque investisseur et en consultation avec ses conseillers. Les informations sont obtenues auprès de sources jugées fiables, mais il n’existe aucune déclaration ou garantie quant à leur exactitude, leur exhaustivité ou leur fiabilité. L’entreprise, ses employés et ses conseillers peuvent occuper des postes dans toutes les entreprises dont il est question. Toutes les informations sont à jour à la date du présent document et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. Les points de vue ou opinions exprimés peuvent ne pas refléter ceux de l’entreprise dans son ensemble. Les produits et services de Neuberger Berman peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions ou pour tous les types de clients.

Ce matériel peut inclure des estimations, des perspectives, des projections et d’autres « déclarations prévisionnelles ». En raison d’une variété de facteurs, les événements réels ou le comportement du marché peuvent différer de manière significative des opinions exprimées. L’investissement comporte des risques, y compris la perte éventuelle du capital. Les investissements dans les fonds spéculatifs et les fonds de capital-investissement sont spéculatifs et comportent un degré de risque plus élevé que les investissements plus traditionnels. Les investissements dans les fonds spéculatifs et les fonds de capital-investissement sont destinés uniquement aux investisseurs avertis. Les indices ne sont pas gérés et ne sont pas disponibles pour les investissements directs. Les performances passées ne garantissent pas les résultats futurs.

Ces documents sont publiés de manière limitée par le biais de diverses filiales et sociétés affiliées de Neuberger Berman Group LLC. Veuillez consulter le site www.nb.com/disclosure-global-communications pour connaître les entités spécifiques et les limites et restrictions juridictionnelles.

Le nom et le logo « Neuberger Berman » sont des marques de service déposées de Neuberger Berman Group LLC.

2021 Neuberger Berman Group LLC. Tous droits réservés.

 

A destination exclusive de la presse.

Contact presse
Agence BDandP
Céline Bruggeman
06.87.52.71.99
cbruggeman@bdandp.com
Justine Gloaguen
06.34.01.68.43
jgloaguen@bdandp.com