Neuberger Berman – La sécurité avant tout

 

 

Commentaire

Par Erik L. Knutzen, CIO Multi-Asset Class chez Neuberger Berman

Paris le 1er avril 2020.  Après une vente massive sur les marchés, beaucoup craignent de manquer le rebond. Nous nous attendons néanmoins à une volatilité plus importante et nous pensons par conséquent que les occasions de faire preuve d’opportunisme viendront plus tard.

La semaine dernière, Joe Amato, CIO Equity chez Neuberger Berman, s’est demandé si les actions menées par les autorités, en réaction au choc et à la stupeur des marchés, seraient suffisantes pour lutter contre les pires effets du COVID-19 sur l’économie.

Les marchés ont visiblement apprécié la réaction des autorités : nous avons assisté à la dixième meilleure journée enregistrée par l’indice S&P 500 ; les marchés obligataires ont commencé à se stabiliser ; la chute du dollar a été freinée.

Mais la stupeur et les tremblements des marchés n’ont pas cessé. Les mesures budgétaires se sont multipliées dejour en jour et les principales banques centrales ont supprimé les unes après les autres les restrictions de leurs outils pour lutter contre l’incendie. En plus de tout cela, des voix influentes ont commencé à plaider pour un assouplissement plus rapide des mesures de confinement afin de limiter l’arrêt de l’économie.

Dans ce contexte, il est facile de supposer qu’une reprise en « V » ait déjà commencée. Il est donc tentant de se précipiter sur les actifs risqués et de se poser des questions plus tard. C’est sur cette toile de fond que s’inscrivent les nombreuses conversations que nous avons eues avec nos clients la semaine dernière, dont les deux principales questions ont été : « devrions-nous rééquilibrer maintenant notre portefeuille au profit des actions ? » et « où se trouvent les véritables opportunités à la suite de cette vente massive ? ».

Une approche en deux étapes

Alors que nous écrivons notre prochain Comité d’allocation d’actifs, nous ne pensons pas être encore parvenus à ce stade sur les marchés. Le Comité reste en effet prudent dans ses perspectives et l’impact du virus, ainsi que sur l’état des marchés, ce qui nous amène à privilégier une approche en deux temps pour naviguer sur les marchés durant les trois à six prochains mois.

La première étape de notre feuille de route consiste à gérer le risque en fonction du rendement jusqu’à ce que le nombre d’infections américaines ait atteint son pic : c’est-à-dire concrètement rester diversifié, conserver des liquidités, et se préparer à la persistance d’une forte volatilité.

Nous pensons que le pic d’infections se situera probablement en mai ou juin. Ce n’est qu’à ce moment-là que les entreprises seront capables de rendre compte de l’impact du virus et des mesures de relance dont elles ont besoin. Cela pourrait donner aux marchés une assise plus solide, mais d’ici là, nous pensons qu’ils sont vulnérables à une nouvelle baisse, ou du moins à une volatilité extrême persistante.

Notre deuxième étape, lorsque la reprise sera en vue, consistera à ajouter du risque tout en mettant l’accent sur la qualité et le rendement. Pour certains, cela signifiera passer des obligations aux actions, mais pas pour tout le monde. Aux valorisations actuelles, nous pensons que les rendements ajustés au risque du marché Crédit Investment Grade semblent compétitifs par rapport aux actions.

Les investisseurs peuvent également considérer une réallocation entre les différentes classes d’actifs. Là encore, aux valorisations actuelles, les secteurs comportant moins de risque comme les actions de très bonne qualité des grandes entreprises américaines et le crédit Investment Grade peuvent être tout aussi attrayants que les marchés non-américains, les petites capitalisations ou le High Yield.

Nous pensons néanmoins que le moment d’être opportuniste viendra probablement beaucoup plus tard dans l’année.

À ce moment-là, il y aura certainement des opportunités d’investissement sur toutes régions et classes d’actifs confondues, à la fois sur les marchés cotés et le non coté. Certaines opportunités d’investissement seront peut-être sous-valorisées, d’autres simplement négligées. Nous avons déjà interrogé toutes les équipes d’investissement de Neuberger Berman pour établir une liste des meilleures idées d’investissement, et nous prévoyons de la partager avec vous dans les jours et les semaines à venir, en l’adaptant à l’évolution des conditions du marché.

La volatilité a une « mémoire »

Pour certains, placer « la sécurité avant tout » et envisager ensuite les prochaines étapes à suivre en terme d’investissement est une approche trop prudente. Mais face à un tel niveau d’incertitude, nous la considérons comme tout simplement prudente. Nous voulons être optimistes quant à l’endiguement rapide de cette terrible pandémie autant que quiconque, mais nous devons également être réalistes.

Notre équipe dédiée à la Data science, dirigée par Michael Recce, représente durant cette crise un atout essentiel. Cette équipe a examiné plusieurs des statistiques sur l’évolution du COVID-19 en temps réel aux États-Unis et le résultat est peu rassurant.

Loin d’une fin rapide des mesures de distanciation sociale, notre équipe pense que le gouvernement américain pourrait avoir besoin de prendre des « mesures supplémentaires » pour que l’endiguement soit efficace. Leur vérification régulière des offres d’emploi en ligne révèle également un fort recul de l’activité depuis fin février.

La Norvège publie quant à elle chaque semaine ses données sur l’emploi et c’est aussi devenu un indicateur préoccupant : le nombre de demandeurs d’allocation chômage a déjà triplé. La semaine dernière, le nombre de chômeurs aux États-Unis avait déjà atteint le chiffre presque inimaginable de 3,3 millions, et la publication du premier indicateur de PIB pour le 1er trimestre au monde, celui de Singapour, laisse apparaître une baisse à deux chiffres qui dépasse les pires craintes des économistes.

Il s’agit seulement des premières données concrètes qui montrent l’impact de COVID-19. Nous pensons qu’il y aura toute une série de chiffres similaires qui seront publiés au cours des prochaines semaines. Les marchés ont peut-être déjà pris en compte certaines de ces données, mais un choc est un encore possible lorsque l’ampleur de la récession sera révélée.

Même si l’incertitude se dissipe, il est important de se rappeler que la volatilité sur les marchés a une « mémoire », c’est-à-dire qu’elle a tendance à ne pas se normaliser du jour au lendemain, mais plutôt sur une période de six mois ou plus. Les investisseurs devraient certainement penser à rééquilibrer leurs portefeuilles et à rechercher des opportunités dès maintenant, mais doivent-ils pour autant agir ? Nous privilégions une approche mesurée, axée sur des investissements de qualité. Le moment d’augmenter considérablement le risque reste encore à venir.

 

À propos de Neuberger Berman

NeubergerBerman, fondé en 1939, est une société de gestion indépendante et détenue par ses salariés. La société gère une gamme de stratégies – incluant des stratégies actions, fixed income, quantitatives et multi-asset class, des fonds de private equity et des hedge funds – pour le compte d’institutions, de conseillers et d’investisseurs individuels dans le monde entier. Avec des bureaux dans 23 pays, l’équipe de Neuberger Berman compte environ 2 100 professionnels. Sur cinq années consécutives, la société a été désignée Best place to work par Pensions & Investments dans la catégorie gestion financière (entreprise de plus de 1 000 salariés). Constante, stable et centrée sur des objectifs de long terme, la société favorise une culture d’investissement basée sur la recherche fondamentale et l’indépendance. Elle gère 339 milliards de dollars d’actifs pour le compte de ses clients au 30 septembre 2019.

Pour plus d’informations, veuillez visiter notre site Web : www.nb.com.

Avertissement

Ce document est fourni à titre d’information seulement et ne constitue en aucun cas des conseils en matière d’investissement, de droit, de comptabilité ou de fiscalité. Ce document est de nature générale et ne s’adressent à aucune catégorie d’investisseurs et ne doit pas être considéré comme une recommandation, un conseil en investissement ou une suggestion d’adopter ou de s’abstenir d’adopter une ligne de conduite en matière d’investissement. Les décisions d’investissement et la pertinence de ce document devraient être prises en fonction des objectifs et de la situation personnelle de l’investisseur et en consultation avec ses conseillers. L’information est obtenue de sources jugées fiables, mais il n’y a aucune déclaration ni garantie quant à son exactitude, son intégralité ou sa fiabilité. La société, ses employés et ses mandats peuvent détenir des positions de toute société dont il est question. Toutes les informations sont à jour à la date du présent document et peuvent être modifiées sans préavis. Les points de vue ou opinions exprimés peuvent ne pas refléter ceux de l’entreprise dans son ensemble. Les produits et services Neuberger Berman peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions ou pour tous les types de clients.

Ce matériel peut comprendre des estimations, des perspectives, des projections et d’autres « énoncés prospectifs ». En raison de divers facteurs, les événements réels ou le comportement du marché peuvent différer sensiblement des opinions exprimées. L’investissement comporte des risques, y compris la perte éventuelle du capital. Les placements dans des fonds de couverture et des fonds de capital-investissement sont spéculatifs et comportent un degré de risque plus élevé que les placements plus traditionnels. Les placements dans des fonds de couverture et des fonds de capital-investissement s’adressent uniquement à des investisseurs avertis. Les indices ne sont pas gérés et ne sont pas disponibles pour l’investissement direct. Les performances passées ne garantissent pas les résultats futurs.

Ces documents sont publiés sur une base limitée par l’intermédiaire de diverses filiales et sociétés affiliées mondiales de Neuberger Berman Group LLC. Veuillez consulter le site www.nb.com/disclosure-global-communications pour connaître les entités spécifiques et les limites et restrictions juridictionnelles.

Le nom et le logo « Neuberger Berman » sont des marques de service déposées de Neuberger Berman Group LLC.

 

A destination exclusive de la presse.

Contact presse
Agence BDandP
Céline Bruggeman
01 76 21 81 12
cbruggeman@bdandp.com
Justine Gloaguen
01.76.21.81.13
jgloaguen@bdandp.com