Neuberger Berman – Potentiel de reprise des devises émergentes

 

 

Commentaire

par Rob Drijkoningen, Co-Responsable de la stratégie Dette Emergente de Neuberger Berman et Vera Kartseva, équipe Dette Emergente de Neuberger Berman

Paris, le 26 novembre 2019. Alors que la croissance s’approche de ses points bas et que les risques extrêmes s’atténuent, les devises émergentes bénéficient quant à elles de valorisations attrayantes.

A la mi-octobre, l’équipe Dette Emergente de Neuberger Berman s’est réunie à Washington dans la foulée des réunions annuelles du Conseil des gouverneurs de la Banque mondiale et du Fonds Monétaire International.

Un sentiment de prudence, et non d’anxiété, est ressorti de ces dernières séances de la Banque mondiale et du FMI. Les chaînes de production et les plans d’investissement se sont adaptés afin de se préparer à l’impact du ralentissement de la croissance mondiale et des tensions commerciales. Cette dynamique s’est reflétée dans les prévisions de croissance du FMI, qui prévoyaient des révisions à la baisse généralisées pour 2019, mais un potentiel de hausse modeste pour l’an prochain.

Un potentiel de croissance modéré pour les marchés émergents

Selon nos propres prévisions, fondées sur une agrégation pondérée par les PIB des perspectives détaillées de 80 pays, la croissance des marchés émergents hors Chine devrait passer de 2,8 % à 3,2 % l’an prochain. Nous prévoyons des améliorations dans plusieurs pays toutes régions confondues, y compris sur les pays Frontier et les économies plus avancées.

Parmi les grandes économies, nous pensons que la croissance passera de 0,9 % à 2,0 % au Brésil, de 0,5 % à 1,3 % au Mexique, de 1,4 % à 1,9 % en Russie, de -0,1 % à 2,1 % en Turquie, de 0,7 % à 1,3 % en Afrique du Sud, et de 6,5 % à 6,6 % en Inde. Les pays d’Europe centrale et orientale devraient voir leur croissance décliner par rapport aux niveaux actuels relativement élevés, en raison des effets différés du ralentissement économique en Allemagne, mais même ici, la forte consommation locale a rendu ces économies remarquablement résistantes.

Des éléments encourageants

Parallèlement à l’amélioration des perspectives par pays, nous constatons un certain creux dans les facteurs qui ont récemment contribué au ralentissement de la croissance mondiale, comme les effets différés du resserrement de la politique monétaire aux États-Unis et en Chine, et la diminution des stocks accumulés autour des fortes attentes de croissance qui ne se sont pas réalisées.

En octobre, il était encourageant de voir le nombre de nouvelles commandes augmenter et les stocks de produits finis diminuer dans l’indice JPMorgan Global Manufacturing Purchasing Managers’ Index (PMI). Les avancées vers une résolution du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine devraient également améliorer les perspectives et la confiance des marchés.

Les banques centrales font leur part pour améliorer l’environnement économique. La politique monétaire mondiale est aujourd’hui plus accommodante que jamais depuis la crise financière. En février de cette année, nous nous attendions à neuf mois de hausses et à aucune réduction de taux de la part des 37 banques centrales à travers le monde. Aujourd’hui, une quinzaine d’entre elles pourrait baisser leurs taux et presque aucune ne devrait les augmenter.

Compte tenu des tendances passées, cet assouplissement des conditions financières devrait bientôt commencer à se manifester dans les données macroéconomiques – nous le constatons sûrement déjà dans les estimations du PIB en Europe et dans le PMI manufacturier mondial qui ont dépassé les attentes au troisième trimestre. En Asie, qui a connu en premier le ralentissement économique et qui devrait par conséquent mener la reprise, la production industrielle s’est améliorée en septembre notamment en Chine, en Corée et au Japon, tandis que les PMI d’octobre laissent entrevoir un quatrième trimestre plus solide.

Les arguments en faveur des marchés de devises émergentes

Une légère reprise de la croissance mondiale renforcerait les arguments en faveur de la dette en devise locale par rapport à la dette en devise forte sur les marchés émergents.

Même si nous continuons de penser que les spreads en devise forte vont poursuivre leur resserrement, en particulier sur les segments les plus rémunérateurs, leur duration de sept ans entraîne habituellement une sous-performance par rapport aux obligations en devise locale lorsque la croissance et les rendements sont à la hausse. Cela dit, les marchés obligataires locaux sont quelque peu surchargés et les rendements y sont à des niveaux historiquement bas, ce qui complique la situation pour ce qui est de la duration en monnaie locale. Nous privilégions donc l’exposition aux devises émergentes (et à la duration uniquement dans les pays offrant les plus forts rendements)

A l’exception d’une brève reprise en 2017, les devises émergentes sont délaissées depuis 2013. Le positionnement des investisseurs sur les devises émergentes est faible par rapport aux autres classes d’actifs. Les modèles fondamentaux de taux de change, qui tiennent compte de paramètres tels que la balance courante et les conditions du commerce international, montrent que la majorité se négocie aujourd’hui à bas prix. L’amélioration des fondamentaux des pays émergents, avec par exemple les réformes au Brésil ou les politiques budgétaires et monétaires restrictives en Russie, ont également contribué à améliorer les valorisations.

L’évolution récente ne signifie pas que la croissance va nécessairement s’améliorer. Entre autres choses, nous surveillons de près si la consommation aux Etats-Unis peut éviter au pays d’entrer en récession, et de nouvelles tensions inattendues dans la guerre commerciale ne feraient qu’affaiblir davantage le sentiment des entreprises au niveau international.

Toutefois, avec le léger rebond de la croissance dans le cadre de notre scénario central, nous adoptons maintenant une position plus positive à l’égard des devises émergentes, parallèlement à notre surpondération actuelle dans le crédit des marchés émergents.

 

À propos de Neuberger Berman

Neuberger Berman, fondé en 1939, est une société de gestion indépendante et détenue par ses salariés. La société gère une gamme de stratégies – incluant des stratégies actions, fixed income, quantitatives et multi-asset class, des fonds de private equity et des hedge funds – pour le compte d’institutions, de conseillers et d’investisseurs individuels dans le monde entier. Avec des bureaux dans 23 pays, l’équipe de Neuberger Berman compte environ 2 100 professionnels. Sur cinq années consécutives, la société a été désignée Best place to work par Pensions & Investments dans la catégorie gestion financière (entreprise de plus de 1 000 salariés). Constante, stable et centrée sur des objectifs de long terme, la société favorise une culture d’investissement basée sur la recherche fondamentale et l’indépendance. Elle gère 339 milliards de dollars d’actifs pour le compte de ses clients au 30 septembre 2019.

Pour plus d’informations, veuillez visiter notre site Web : www.nb.com.

Avertissement

Ce document est fournis à titre d’information seulement et ne constitue en aucun cas des conseils en matière d’investissement, de droit, de comptabilité ou de fiscalité. Ce document est de nature générale et ne s’adressent à aucune catégorie d’investisseurs et ne doit pas être considéré comme une recommandation, un conseil en investissement ou une suggestion d’adopter ou de s’abstenir d’adopter une ligne de conduite en matière d’investissement. Les décisions d’investissement et la pertinence de ce document devraient être prises en fonction des objectifs et de la situation personnelle de l’investisseur et en consultation avec ses conseillers. L’information est obtenue de sources jugées fiables, mais il n’y a aucune déclaration ni garantie quant à son exactitude, son intégralité ou sa fiabilité. La société, ses employés et ses mandats peuvent détenir des positions de toute société dont il est question. Toutes les informations sont à jour à la date du présent document et peuvent être modifiées sans préavis. Les points de vue ou opinions exprimés peuvent ne pas refléter ceux de l’entreprise dans son ensemble. Les produits et services Neuberger Berman peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions ou pour tous les types de clients.

Ce matériel peut comprendre des estimations, des perspectives, des projections et d’autres  » énoncés prospectifs « . En raison de divers facteurs, les événements réels ou le comportement du marché peuvent différer sensiblement des opinions exprimées. L’investissement comporte des risques, y compris la perte éventuelle du capital. Les placements dans des fonds de couverture et des fonds de capital-investissement sont spéculatifs et comportent un degré de risque plus élevé que les placements plus traditionnels. Les placements dans des fonds de couverture et des fonds de capital-investissement s’adressent uniquement à des investisseurs avertis. Les indices ne sont pas gérés et ne sont pas disponibles pour l’investissement direct. Les performances passées ne garantissent pas les résultats futurs.

Ces documents sont publiés sur une base limitée par l’intermédiaire de diverses filiales et sociétés affiliées mondiales de Neuberger Berman Group LLC. Veuillez consulter le site www.nb.com/disclosure-global-communications pour connaître les entités spécifiques et les limites et restrictions juridictionnelles.

Le nom et le logo « Neuberger Berman » sont des marques de service déposées de Neuberger Berman Group LLC.

© 2019 Neuberger Berman Group LLC. Tous les droits sont réservés.

A destination exclusive de la presse.

Contact presse
Agence BDandP
Céline Bruggeman
01 76 21 81 12
cbruggeman@bdandp.com
Justine Gloaguen
01.76.21.81.13
jgloaguen@bdandp.com