Neuberger Berman – Profiter pleinement du recovery sur le marché européen du crédit

 

 

Commentaire

Les vertus d’une gestion active des positions pour profiter pleinement du recovery sur le marché européen du crédit

par Antonio Serpico, Gérant Senior dans l’équipe European Fixed Income de Neuberger Berman à Paris.

Paris, 27 Juillet 2020 – Antonio Serpico fait l’état des lieux du marché du crédit ces derniers mois entre inversement de la courbe des spreads, assèchement de la liquidité et plans de rachats sans précédents des autorités, arbitrage de maturités et « anges déchus ».

Pendant le mois de mars 2020, nous avons vécu un des plus violents écartements de spreads de crédit de l’histoire des marchés financiers. L’ampleur de cet écartement est comparable à celui de 2008, à la différence que cette fois-ci l’écartement s’est concrétisé en trois semaines et non en douze mois. Durant le mois de mars, la liquidité sur le marché de crédit était complètement asséchée : les fonds et les ETFs vendaient pour faire face aux rachats et personne n’achetait. Ce manque de liquidité a rendu la correction des marchés extrêmement violente.

Pendant le mois de mars, la courbe des spreads s’est d’abord aplatie pour finalement s’inverser : les obligations de maturité courte ont vu leurs spreads s’écarter plus que les obligations du même émetteur avec des maturités plus longues. Il s’agit d’un signe évident de stress sur le marché qui puni les obligations courtes, étant donné les fortes incertitudes à court terme causées par une importante crise, comme ici la crise pandémique mondiale liée au Covid-19.

Durant le mois d’avril, nous avons assisté à des injections de liquidités sans précédents sur le marché : la BCE a mis sur la table plusieurs plans d’achats d’actifs correspondant à peu près à 1000 milliard d’euros sur douze mois, avec un plan de financement à taux négatifs pour les banques européennes dans l’objectif de laisser ouvert le robinet de liquidité afin que l’économie réelle puisse fonctionner et se remettre en marche après l’arrêt des activités de production imposé par le confinement en Europe.

Pendant le mois d’avril, on a donc vu revenir un peu de liquidité sur le marché avec des acheteurs de crédit qui ont finalement pointé leur nez. Les spreads ont commencé donc à se resserrer et la courbe de spread à se normaliser.

Aujourd’hui, début juillet, les spreads du crédit européen sont revenus à un bon niveau par rapport à ceux du mois de mars : les indices CDS Main et Xover ont récupéré à peu près 70% et 60% par rapport à l’écartement connu au cours du mois de mars. Aujourd’hui, il y a encore de la valeur à ces niveaux de spreads, qui prévoient des niveaux de faillite plus élevés que prévu. A titre d’exemple, le niveau des spreads HY européen prévoit un niveau de défaut de 5-6% pour 2021, contre notre attente de 3-4%.

Pendant cette crise des marchés, il a fallu être dynamique dans la gestion des risques : un achat de protection sur les CDS s’est imposé pendant la chute des marchés, vu que la vente d’obligations était très difficile étant donné la liquidité extrêmement faible. Au contraire, après la chute violente des marchés, les valorisations des obligations étaient très attractives, que ce soit sur le IG ou le HY. A ce moment-là, nous avons acheté du risque de crédit en nous concentrant sur des émetteurs solides qui avaient été mis sous pression par les ventes indiscriminées du mois précèdent. Pendant le fort rallye d’avril et mai, nous avons continué à gérer activement nos expositions crédit, en vendant des secteurs qui avaient surperformé (non-cycliques) et en achetant des secteurs qui avaient sous-performé (cycliques). La compression des spreads de crédit pendant ce « recovery » et cette gestion active nous ont aidé à faire rebondir fortement nos performances.

Nous sommes convaincus que dans ce contexte économiques une gestion active est toujours appropriée, vu que le marché est en train de chercher son équilibre, pris entre des chiffres économiques meilleurs que prévu d’un côté et une propagation importante de la crise sanitaire dans le monde de l’autre. Cet équilibre n’est pas facile à trouver et on peut s’attendre à de la volatilité sur le marché de crédit avec une dislocation entre les secteurs et même entre différentes maturités de la même obligation.

A propos justement des maturités, aujourd’hui les courbes de crédit se sont généralement normalisées et on trouve par conséquent moins de valeur sur les maturités très courte, les investisseurs favorisent donc les maturités de 3-4 ans plutôt que de 1-2 ans. Par contre, on trouve encore de la valeur sur des obligations à call court (corporate hybrids ou subordonnées financières) où les courbes sont plus pentues par rapport à des obligations seniors.

Pour terminer, un commentaire sur les « anges déchus » : après un gros écartement des spreads les obligations qui ont vu leurs notations (voire une seule parmi leurs notations) passer à « junk », ont connu un « recovery » important des spreads qui sont presque revenus aux niveaux d’avant-crise. L’impact des « anges déchus » sur les portefeuilles n’était finalement pas si important sur la période entre mars et juillet. En revanche, l’achat d’« anges déchus » pendant le mois d’avril était la source de performance la plus importante sur les trois derniers mois pour nos fonds. Ce choix découle de la gestion active que nous avons évoquée précédemment. Dans le cadre de la gestion de notre fonds NB Ultra Short Term, par exemple, l’achat d’obligations très courtes comme Schaeffler 22, Valeo 22, GM 21, Ford 21, a contribué de façon importante à la performance du fonds, car ces obligations ont rebondi de plusieurs points (jusqu’à 10) pendant les trois derniers mois. Ce rebond était possible grâce à l’inclusion des « anges déchus » dans le programme d’achat de la FED (et des discussions au sein de la BCE) et à l’intérêt des fonds HY pour ces émetteurs qui viennent de rejoindre leurs indices.

Pour aller plus loin, retrouvez le dernier : Fixed Income Investment Outlook 3Q2020 – L’évolution des opportunités sur le crédit

 

À propos de Neuberger Berman

Neuberger Berman, fondé en 1939, est une société de gestion indépendante et détenue par ses salariés. La société gère une gamme de stratégies – incluant des stratégies actions, fixed income, quantitatives et multi-asset class, des fonds de private equity et des hedge funds – pour le compte d’institutions, de conseillers et d’investisseurs individuels dans le monde entier. Avec des bureaux dans 24 pays, l’équipe de Neuberger Berman compte environ 2 300 professionnels. Sur six années consécutives, la société a été désignée Best place to work par Pensions & Investments dans la catégorie gestion financière (entreprise de plus de 1 000 salariés). La société a obtenu un A+ dans chaque catégorie dans le dernier rapport PRI 2019 pour son approche de l’intégration des facteurs ESG dans les différentes classes d’actifs. Elle gère 330 milliards de dollars d’actifs pour le compte de ses clients au 31 mars 2020.

Pour plus d’informations, veuillez visiter notre site Web : www.nb.com.

Avertissement

Ce document est fourni à titre d’information seulement et ne constitue en aucun cas des conseils en matière d’investissement, de droit, de comptabilité ou de fiscalité. Ce document est de nature générale et ne s’adressent à aucune catégorie d’investisseurs et ne doit pas être considéré comme une recommandation, un conseil en investissement ou une suggestion d’adopter ou de s’abstenir d’adopter une ligne de conduite en matière d’investissement. Les décisions d’investissement et la pertinence de ce document devraient être prises en fonction des objectifs et de la situation personnelle de l’investisseur et en consultation avec ses conseillers. L’information est obtenue de sources jugées fiables, mais il n’y a aucune déclaration ni garantie quant à son exactitude, son intégralité ou sa fiabilité. La société, ses employés et ses mandats peuvent détenir des positions de toute société dont il est question. Toutes les informations sont à jour à la date du présent document et peuvent être modifiées sans préavis. Les points de vue ou opinions exprimés peuvent ne pas refléter ceux de l’entreprise dans son ensemble. Les produits et services Neuberger Berman peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions ou pour tous les types de clients.

Ce matériel peut comprendre des estimations, des perspectives, des projections et d’autres « énoncés prospectifs ». En raison de divers facteurs, les événements réels ou le comportement du marché peuvent différer sensiblement des opinions exprimées. L’investissement comporte des risques, y compris la perte éventuelle du capital. Les placements dans des fonds de couverture et des fonds de capital-investissement sont spéculatifs et comportent un degré de risque plus élevé que les placements plus traditionnels. Les placements dans des fonds de couverture et des fonds de capital-investissement s’adressent uniquement à des investisseurs avertis. Les indices ne sont pas gérés et ne sont pas disponibles pour l’investissement direct. Les performances passées ne garantissent pas les résultats futurs.

Ces documents sont publiés sur une base limitée par l’intermédiaire de diverses filiales et sociétés affiliées mondiales de Neuberger Berman Group LLC. Veuillez consulter le site www.nb.com/disclosure-global-communications pour connaître les entités spécifiques et les limites et restrictions juridictionnelles.

Le nom et le logo « Neuberger Berman » sont des marques de service déposées de Neuberger Berman Group LLC.

 

A destination exclusive de la presse.

Contact presse
Agence BDandP
Céline Bruggeman
06.87.52.71.99
cbruggeman@bdandp.com
Justine Gloaguen
06.34.01.68.43
jgloaguen@bdandp.com